LA TOMBE DE KOBAN, POUR CONFLUENCES HORS LES MURS

 CLIENT: Musée des Confluences

 VILLE: Lyon

 ANNÉE: 2012

La nécropole de Koban, découverte au 19ème siècle dans le Caucase, abrite des centaines de sépultures individuelles, délimitées par de grandes dalles ou des moellons. L’une de ces tombes, la numéro 9, est exposée au sein de la collection du Musée des Confluences de Lyon. Déposé en pleine terre, le corps est placé sur le flanc, en position fléchie, entouré de mobilier funéraire et de parures.

Le projet initial de médiation proposé par le musée s’articulait autour de trois dispositifs. La commande mentionnait une présentation de la découverte de la tombe, un descriptif de la disposition des objets et du corps retrouvé, ainsi que le fac-similé d’un bracelet. L’équipe tactile a fait le choix de regrouper l’ensemble de ces trois thématiques dans un même dispositif. Une longue table tactile d’un mètre vingt, en plexiglas transparent rétro-éclairé a été imaginée pour s’adapter dans l’environnement sombre de la salle d’exposition. Les effets de gravure rappellent l’esprit des carnets de notes griffonnés par les archéologues du 19ème.

Le projet comportait deux difficultés principales. La première concernait la représentation du squelette de femme découvert dans la tombe. Les non-voyants ont généralement une bonne connaissance de l’anatomie humaine, mais sur le plan externe. Le travail sur le rendu de l’organisation des os du corps, présenté de surcroît sur le flanc, a consisté notamment à rendre l’ensemble compréhensible au toucher. Le nombre important d’éléments d’apparats enterrés avec leur propriétaire, diverses céramiques, bijoux, et amulettes, gênait également la lecture tactile. Deux niveaux de reliefs ont donc été adoptés pour marquer la séparation entre les ossements et les objets. Les premiers ont été traités en demi-rond de bosse afin de se démarquer des seconds.

Un commentaire audio présenté par un acteur à la voix caverneuse, sur fond de musique d’inspiration « âge de fer » composée pour Tactile Studio complète le dispositif. Une réplique d’un bracelet en bronze a été collée sur la plaque de la table tactile pour permettre au public un rapport plus concret avec les bijoux retrouvés dans la tombe d’une femme de la protohistoire européenne